66 – L’Amalgame ou Comment se faire avoir en beauté

Guerrier_lumiere_01Si certains des lecteurs de mes délires peinent à lire les commentaires, par contre, moi j’y prends plaisir dans le sens que cela me donne l’occasion de distribuer des baffes supplémentaires. C’est donc jouissif pour la partie de moi-même qui apprécie le rentre-dedans.

En effet, j’ai déjà parlé de ce bout de programme en moi qui fût créé de toute pièce par des expériences de vie suffisamment marquantes au point d’en être arrivé à devenir un personnage à lui tout seul. Aussi, pour mieux l’isoler parmi mes multiples personnages (en relation avec mes vies antérieures et futures), je lui ai donné un nom spécifique : Ferdinand.

Ferdinand est donc plus jeune que mon corps physique, puisqu’il est la construction vibratoire en réaction à des stress physiques et émotionnels qui ont été peu sympathiques à vivre. En gros, pour les psy, c’est une pure création d’une personnalité intérieure qui, en vérité, n’a été qu’une réaction de défense, un système immunitaire spécifique afin que je reste en vie en cette incarnation.

Comme tout système de défense, ça réagit vite, très très vite et ça ne fait pas dans la dentelle. Dit autrement, avant même que l’autre commence à avoir l’idée de dégainer, tu lui as coupé le bras… C’est donc de l’hyper-réactif assez extrémiste qui ne connait que le noir ou blanc, et donc aucune notion de gris. Il ne faut pas s’attendre à du tiède, du peu trempé, communément compris comme de la diplomatie.

Il faut dire qu’à ce stade, c’est normal d’être binaire car si tu es indécis, t’es quasiment mort puisque, justement, l’autre n’attendra pas que tu ailles prendre une bière pour savoir ce que tu dois faire car tu veux comprendre le pourquoi du because…. En gros, Ferdinand est un collaborateur qui joue dans la catégorie réflexe où tu tires d’abord et que tu discutes ensuite.

Cela a été très précieux pendant mes deux premières décennies mais rapidement, cela est devenu embêtant parce que , justement, le fait d’être devenu majeur (et donc normalement responsable), car je ne pouvais plus faire autant de cadavres relationnels autour de moi. Il a donc fallu contenir ledit personnage tout en sachant qu’il est impossible de s’en débarrasser définitivement.

Ainsi, si certains sont colériques et montent sur leurs grands chevaux au moindre prétexte qui les dérange, hé bien moi, c’est la même chose mais dans un registre différent : je reste super calme, je ne monte pas le ton, je ne gesticule pas, je ne deviens pas rouge comme une tomate et nerveux, pour ne pas dire fébrile, mais par contre, dès que j’ouvre la bouche, tu te retrouves avec un verbe créateur qui te taille un costard haut de gamme avant même que tu comprennes ce qui se passe.

Nous savons tous que le verbe est créateur et je peux vous confirmer que c’est archi vrai. Cependant, en devenant végétarien à mes 21 ans, il a donc fallu que Ferdinand fasse de moins en moins dans la boucherie. Mon action a donc été d’agir là d’où ça partait, c’est-à-dire de mon cerveau, de ce bocal en perpétuel brassage qui n’était qu’une bouilloire en ébullition.

J’ai donc décidé d’apprendre à redescendre la température afin d’y voir plus clair. C’est ainsi que j’ai appris la Méditation Transcendantale qui venait justement de débarquer en France. Pendant 30 ans je me suis astreint à une discipline rigoureuse, méthodique, afin de transformer la cocote-minute en centrale à vapeur utile et constructive pour autrui.

C’est à l’image de vouloir dresser un cheval sauvage alors que tu n’y connais rien à l’équitation. Bref, il y a eu du folklore et beaucoup de blessés, dont certains ne s’en sont pas véritablement remis psychologiquement puisque, physiquement, je n’ai jamais même fait un seul geste d’agression quelconque.

Bref, j’ai un CV plutôt macabre en termes de bien-être pour autrui ; cependant, au fil du temps, je suis passé du côté mauvais garçon à celui de shérif. Je suis donc devenu quelqu’un de cordial, d’avenant, prêt à aider son prochain avec tout le professionnalisme possible ; cependant, réflexe oblige, je continue à dégainer dès que l’occasion se présente.

C’est vrai que cela me met en joie quand, enfin, je peux sortir l’arme qui tue de son étui. Ça évite qu’elle s’encrasse et ça la maintient opérationnelle. Dit autrement, ne tentez pas de ramollir le justicier masqué qui est en moi car tout type de corruption est immédiatement détecté. Ferdinand est donc un vigile super efficace car, en vérité, il jubile à démontrer et démonter l’hérésie des propos qui lui parviennent aux oreilles.

Hé oui, le plombier délireur est en vérité un flingueur de première à des buts constructifs pour celui qui reçoit la baffe. En gros, ce sont des baffes d’amour, même si tu viens de perdre une dent… Normal, c’était une dent cariée ou malsaine pour retrouver ton état de paix intérieure. Hé oui, le shérif, il aime bien faire le ménage parmi les programmes involutifs qui font chier tout le monde.

Ainsi, en venant lire mes délires (les notes laissées au tableau d’affichage municipal), il est évident que tout graffiti laissé dans les commentaires montrant et/ou demandant rectification se voit donc traité systématiquement dans la majorité des cas. Hé oui, il y en a qui passent à travers (à cause de l’ancienneté des notes) mais ce n’est que partie remise pour le belligérant.

Aussi, maintenant que vous connaissez mes charmes de shérif, de flingueur de tonton macoutes “spirituel” en tenue de salopette, abordons un sujet récurrent qui revient souvent au menu du jour et qui est celui de mes prises de positions radicales.

En effet, pour tout être se pensant évolué, ce côté emporte-pièce où l’on balance le bébé avec l’eau du bain qui me caractérise n’est point une anomalie avec laquelle il faut faire mais plutôt une tactique efficace pour secouer les rouages grippés par l’ignorance, c’est-à-dire la complaisance à accepter une corruption neuronale naturelle que je qualifierai de rouille spirituelle.

Alors commençons par le début du commencement de comment on enfume les non-marcheurs afin qu’ils restent bien sclérosés (paralysés) et allongés dans leur lit de malade permanent. Ils pestent contre la vie tant ils souffrent, tant ils n’y comprennent rien et tant la Vie est pour eux une énigme totale. C’est normal puisque atteint de la sclérose en plaque.

Il y a les plaques affectives, les plaques sentimentales, les plaques professionnelles mais aussi et surtout les plaques spirituelles, intellectuelles et religieuses. Dit autrement, le propre d’un préhumain (d’un non-marcheur en général) c’est que sa vie est un drame et c’est normal, parce que d’abord et avant tout ce qu’il a dans le crâne est un drame.

Il ne fait donc qu’extérioriser ce qu’il a en lui, d’où cet adage incompris des non-marcheurs “tu es le créateur de tout ton monde, y compris toutes les crasses qui t’arrivent”. Certes, il y a des petits moments de répits que l’on prend pour du bonheur (un heurt positif à contrario du heurt négatif, le mal-heur).

Alors en bons nigauds, ils se disent que la vie vaut quand même le coup d’être vécue pour les quelques pouillèmes de bon-heur par rapport à la totalité de leurs mal-heurs. C’est dramatique (et donc mortel) et c’est la raison pour laquelle le drame est la colonne vertébrale de leur êtreté illusoire, puisqu’en vérité tout cela n’est que la conséquence voulue de leur faux petit-égo.

En gros, ils alimentent en permanence le propre poison qui les tue et ils trouvent cela normal puisque c’est une vérité universelle. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder autour. Zéro virgule quelque chose de “sages et d’illuminés” pour 99,99 % d’incompris en souffrance.

Alors comment voulez-vous que le monde soit en paix et en harmonie quand 99,99% de l’Humanité ne vit que le drame et n’encourage par ses pensées que le drame. Hé oui, à chaque fois que vous regardez dehors et que vous prenez pour vous la chose, vous ne faites qu’amplifier le mal-aise. Vous ne faites qu’alimenter l’égrégore du mélodrame humain…

Alors Charlie, Bataclan, Nice ou autres ne sont que des mises en scène orchestrées par ceux qui ne veulent pas que vous vous réveilliez. Alors, ils vous rallongent un État d’Urgence supplémentaire pour protéger le peuple, alors qu’en vérité c’est pour protéger leur cul et donc leurs revenus. En effet, ce sont eux (les dirigeants visibles et invisibles) qui ont les pétoches, car effectivement la pression monte au point de parler de guerre civile…

Bref, la montée vibratoire de Terre-Mère y est pour quelque chose et ils ne peuvent rien y faire, alors ils jouent sur les amalgames et dans ce cas, c’est sur la plaque tectonique religieuse. Ainsi toutes les mises en scène sanglantes ne sont que des volcans en éruption. C’est rouge, ça dégouline et ça fait monter la peur parmi les moutons entassés dans les vallées.

Le principe de l’amalgame des choses est une tactique majeure pour entuber les gens à tous les niveaux, et surtout au niveau des neurones puisque en vérité tout provient de là. Alors, chers lecteurs, dites-moi la différence entre un fumeur qui se fait des clopes avec du tabac bio et  celui qui achète des clopes toutes prêtes avec bout filtre ?

Vous allez donc discuter-confronter l’avantage du bout filtre (avec du tabac hyper traité) avec un sans bout filtre mais avec des feuilles de tabac bio. Après des heures et des heures de causante et de multiples études scientifiques, au final vous arriverez à avoir 2 clans qui s’affrontent. Et c’est alors que le shérif, plombier à ses heures creuses, dégaine et baffe la totalité des deux clans !

Alors, choqués par cette attitude très “dualitaire” (tout ou rien), ils en viennent à penser que ledit shérif a des problèmes psychologiques inhérent à l’être humain qu’il est, c’est-à-dire une personne comme eux et donc avec forcément tous les défauts qu’ils se connaissent.

Bref, on refait le même coup, le même principe de l’amalgame, avec Dieu. Celui-ci est vengeur, n’admet pas la contradiction et se conduit comme un despote… Cela ne vous rappelle-t-y pas un mécanisme connu ? On projette dehors la merde et les incompréhensions dans lesquelles on baigne au sein même du bocal où flotte la merveille des merveilles : un cerveau.

Bref, en revenant au débat des fumeurs avec ou sans bout-filtre, pourquoi faut-il les mettre tous à la même enseigne et les baffer tous sans exception ? La réponse est simple : la cigarette tue et cela, quelle que soit sa constitution. Alors point besoin de vous rejeter sur les cigarillos ou les barreaux de chaise havanais puisque le problème est que dans un acte dit de plaisir (et donc de dépendance), vous êtes à l’exact opposé de la Vie et donc du respect.

Hé oui, avez-vous l’autorisation de Terre-Mère pour flinguer ce corps physique qu’elle vous prête ? Surtout qu’en plus, vous l’enfumez en direct puisque c’est à travers ce corps physique qu’elle peut ascensionner. Dit autrement, tout fumeur est un assassin de Terre-Mère.

Je sais, ce n’est pas sympa de vous dire ça, car je comprends qu’un certain nombre d’entre vous sont encore dépendants et qu’ils ne savent ou ne peuvent pas encore s’en passer. A cela rien de grave, car l’essentiel est d’en avoir pris conscience et de faire au mieux mais, en tous les cas, vous êtes devenus conscients et donc maintenant vous ne pouvez plus dire “je ne savais pas”.

Ça change tout, car le paravent de l’ignorant, non responsable par défaut, n’existe plus. Idem pour tout ce qui n’est pas compatible avec la santé parfaite d’un corps ayant retrouvé son immortalité. Alors, poussons le bouchon encore plus loin avec mes dadas préférés.

En effet, j’enclenche la grosse cavalerie dès que l’on parle de religion, notamment la catholique, et puis, la plus récente, la science officielle. On dit que c’est ma phobie, or ce qu’il vous faut comprendre c’est à l’image du fumeur (qui vous bouffe les bronches) c’est qu’une religion quelle qu’elle soit est une fumette spirituelle qui justement vous tue, d’où mon dicton “Une religion, des spiritueux”.

Oui mais Laurent, c’est tout ou rien avec toi ! C’est vrai pour celui qui s’arrête à la surface des choses car, en vérité, on retrouvera toujours un même pourcentage en tout globalement. Non pas le 20/80 des commerciaux mais le 3/97 pour ne pas dire le 0,01/99,99.

En effet, le monde est ainsi fait dans la dualité. Il n’y aura jamais une dualité pure (0 ou 100%). Il y aura toujours une dualité double, c’est-à-dire 4 possibilités : blanc blanc, blanc-gris, gris-noir et noir-noir. Par cette logique, même si je démolis grave la religion catholique, cela n’empêche qu’il existe un faible pourcentage de curés qui sont au-delà du système catholique et qui ont une démarche juste.

Or, doit-on rester cool quand 1% des curés sont dans le juste pendant que 99% sont à l’exact opposé ? Doit-on mettre à égalité à 50-50 le poids des deux parties ? La réponse est non car cela ne tient pas la route. Il y a confusion entre la dualité simple (on met tout le monde à égalité) alors que, dans les faits, on se retrouve en dualité double, c’est-à-dire avec deux nuances de gris supplémentaires.

C’est donc idem pour la religion scientifique. Le gros du troupeau ce sont des moutons notoires et une minorité at au-delà des dogmes et des interdits. Alors je souris quand quelqu’un se sent insulté que je mette tout le monde dans le même panier. C’est vrai, c’est injuste, mais n’oublions pas que cela reste une religion et, au même titre que les fumeurs, on se fout des différences et des débats de surface et de complaisance.

C’est ça avoir du recul et de pouvoir trancher quand il est nécessaire de le faire. Ensuite, comme le dicton populaire le mentionne, “dieu reconnaitra les siens”. Dit autrement, le cureton qui me lit (hé oui, j’en ai connu un qui m’a fait de la pub, et même une bonne-sœur qui m’appréciait – enfin précisons mes délires) et qui reconnait la véracité que j’expose ne se sentira pas offusqué.

Bien au contraire, il se servira d’être au sein du clergé pour, par petites touches, poser des questions ou faire des réflexions à des collègues de travail qui pourront alors mieux discerner qu’en vérité, au lieu d’aider les fidèles à toucher le Seigneur, ils ne font que leur mettre des bâtons dans les roues. Un curé averti et effectivement sain d’Esprit (puisque en contact avec le Saint Esprit c’est-à-dire son Soi Supérieur) pourra œuvrer efficacement.

Dit autrement, les exceptions qui confirment la règle, sont ceux qui aideront à la transformation de la structure dans laquelle ils sont. C’est donc identique aux scientifiques appartenant à la minorité. Au lieu de s’offusquer, bien au contraire, ils se reconnaissent dans ce que je dis et feront donc tout leur possible pour ouvrir les œillères des moutons croyant que le Big Bang est une réalité tout autant qu’une météorite qui a exterminer les dinosaures.

Les pseudo-scientifiques grouillent sur toute la planète car, en vérité, on leur a mis dans le crâne des théories non vérifiées comme étant des réalités. Ainsi on descendrait du singe, que l’on serait une anomalie dans l’Univers et que c’est une banale météorite qui serait à l’origine de la Vie sur Terre. On me dirait que ça serait une soucoupe volante avec des ET, je pense que l’on serait nettement plus proche de la vérité.

Alors adieu la soupe primitive et les milliards d’années afin que le hasard fasse son œuvre ! Si ce n’est pas prendre les gens pour des cons, alors c’est quoi ? Or, qui peut démonter toutes ces théories fumeuses sinon quelqu’un qui est un scientifique lui-même et qui a poussé la musique plus loin ? Qui a usé de sa logique justement, de sa rationalité, pour démontrer que tout ça c’est du flan et de l’enfumage ? Une minorité justement mais ça avance…

Je souris donc quand on me dit que j’y vais en tout ou rien mais, en vérité, c’est justement ceux qui me disent ça qui n’ont pas été suffisamment loin dans leurs raisonnements et leurs études pour découvrir qu’il y a une autre vérité au-delà des dogmes officiels. Alors quand on veut me démontrer que j’utilise des méthodes scientifiques dans mes raisonnements, c’est normal car j’ai fait justement des études suffisamment poussées pour découvrir les mensonges officiels.

C’est l’Éducation Nationale elle-même qui m’a donné les outils pour que je ne prenne pas des vessies pour des lanternes. Mais ce qu’ils n’avaient pas prévu, c’est qu’en plus du raisonnement et de la logique, j’avais une petite capacité supplémentaire, un truc que l’on n’apprend pas à l’école et qui s’appelle le discernement.

Hé oui, le discernement n’est pas un processus mental comme on pourrait le penser mais l’expression de ce que dit ta Petite Voix. Or, elle, justement, elle ne pense pas puisqu’elle baigne dans la connaissance parce qu’elle est dans l’anti-matière. A ce titre, elle n’a aucunement besoin d’avoir de la mémoire pour y inscrire un savoir. Elle ne peut donc prendre des vessies pour des lanternes.

Dit autrement, on retrouve encore la problématique de l’amalgame qui tue. En effet, si je dis que St Paul est un saint et qu’il a été un mâle n’implique pas que tous les mâles sont des saints. Idem pour la science, ce n’est pas parce qu’elle utilise le mental (qui n’est qu’un ordinateur logique et rationnel) que forcément utiliser son mental fait de toi un scientifique !

L’aspect mental est lié à l’étude logique, rationnelle afin de comprendre. C’est l’aspect masculin, la géométrie qui veut cadrer les choses. C’est une constante chez tous et pourtant, quelle est la proportion de scientifiques en ce monde ? Pas tant que ça et heureusement, sinon nous serions déjà tous des machines robotisées pour compenser les faiblesses biologiques et mentales…

Alors oui, je me sers de mon mental afin d’être logique, rationnel ; cependant quand on me balance une théorie, je m’empresse à vérifier si c’est du lard ou du cochon. Ainsi quand on m’a prouvé par des formules que la lévitation n’impliquant aucune énergie est impossible (style moine tibétain flottant), hé bien j’ai vérifié par moi-même.

Or, précisément la Méditation Transcendantale avait un programme de lévitation appelé vol yogique. Donc, à mes 40 balais, comme j’avais les sous pour le faire, je l’ai fait et j’ai pu constater par moi-même la véracité de la chose. Il y avait donc un gros conflit entre ce que l’on m’avait enseigné scientifiquement et ce que je pouvais vivre.

J’ai donc enquêté et la solution était hyper simple. La lévitation n’est pas une force anti-gravitationnelle où il faut développer une force opposée mais un simple changement dimensionnel. Hé oui, quand tu sors de l’espace-temps 3D4D, les lois physiques ne sont plus les mêmes. C’est ainsi que parce que tu n’es plus en 3D4D, la force de gravitation s’annule et c’est là que tu vas découvrir ce que veut dire rentrer en maîtrise de ton corps de manifestation.

Hé oui, il y a 4 étapes dans l’art de la lévitation. Un jour, on fera de même avec la téléportation, la télékinésie et autres capacités que nous avons dans nos armoires mais pour ça, il faut commencer par casser les cadenas des croyances autant scientifiques que religieuses. J’ai d’autres exemples à mon actif comme ne plus manger et boire pendant des mois d’affilés.

Bref, aller casser de la croyance est un leitmotiv enthousiasmant pour mon Ferdinand qui veut en découdre. Il est donc très précieux pour moi, mais il a fallu que je le canalise dans le sens constructif des choses (trouver la vraie vérité) en utilisant son aspect destructif (casser du cadenas). Alors comprenez qu’à chaque fois que quelqu’un me rentre dedans d’une manière raffinée ou brutale, la réponse est la même et instantanée : tu t’en prends une !

Voilà pourquoi vous m’aimez bien car en vérité nous aimons être des têtes à claques, car intimement nous savons que pour se réveiller rien ne vaut une bonne baffe. On préfèrerait qu’elle soit justifiée mais comme les neurones (pour cause de traitement de l’information) ont toujours un train de retard (c’est mathématique), sur le moment on dit “aie” et on envoie en réponse automatique une réaction de défense plus ou moins malheureuse.

Comprenez donc qu’à chaque fois que je vois quelqu’un venir me chercher avec son épée de bois, je prends en vérité un malin plaisir à la débiter en allumettes. Je sais, sur le moment ce n’est pas agréable pour lui et il peut se sentir insulté (surtout si on avait investi pour que ce soit du bois dur en remplacement du sapin traditionnel).

Alors si vous savez être plus fort que votre orgueil, vous reviendrez avec une nouvelle épée plus sophistiquée afin de voir à quelle vitesse le maître d’arme va vous la tailler en pièces ou la faire voltiger dans l’arrière-cour. C’est ainsi que vous ferez vos armes, c’est-à-dire que vous apprendrez qu’un gamin dans un bac à sable a une grosse tendance à prendre ses rêves pour des réalités.

Ainsi, les zorro en herbes découvriront que tout cela n’est qu’un jeu afin qu’ils grandissent et découvrent qu’il existe autre chose que le bac à sable et les mélodrames qui s’y déroulent. Ainsi, au lieu de guerroyer à tout va à coup de petit égo, ils préfèreront découvrir cet inconnu que les “méchants et corrompus” ne voulaient pas qu’ils voient.

Ainsi ayant un pied en dehors du bac à sable (contact avec l’Un-Visible) et un pied dans le bac à sable, j’aime à stimuler la combattivité des zorro en herbe par quelques baffes régulières, même si des fois je n’arrive plus à savoir avec quelle intensité je les ai distribuées. C’est vrai, je reconnais qu’avec l’enthousiasme, des fois j’y vais un peu fort et qu’il m’arrive d’être un peu trop direct quand je suis un brin énervé par les cris ou par une fatigue cumulée.

Aussi, si vous ne voulez pas que le taille-crayon vous taille un short, commencez par prendre du recul par rapport à l’analyse superficielle de mes passes d’armes. Si un truc vous semble louche, pas à sa place ou discordant, c’est que forcément ça va mal se terminer pour vous si vous ne voyez pas où votre raisonnement-discernement peine à voir où est le piège qui vous attend irrémédiablement.

Bon, ce n’est pas une raison pour ne plus laisser de commentaires car, après tout, à part votre orgueil, votre mental-égo, qui peut être blessé ? On est donc bien d’accord que si vous désirez acquérir de l’expérience sur le front de l’inconnu, ce n’est pas en restant planqué dans l’arrière-pays que ça va le faire !

Puis dernier point, rien ne dit que le maître d’armes sera encore là demain. Vous avez l’opportunité de lui faire plaisir alors profitez-en, car pendant qu’il taille des allumettes, il n’est pas en train de faire ses bagages. Hé oui, s’il n’y a plus de petits zorro, alors il prendra poudre d’escampette puisque sa mission sera terminée.

Dans le Grand Tout, tout ce qui ne sert plus est recyclé d’office, c’est pour ça que c’est nickel chrome et que ça fonctionne parfaitement (ya pas de rouille). Chez nous, c’est tout l’inverse. En effet, par notre attitude de manque, on garde tout au point d’être enlisé totalement. On comprend donc que, forcément, ne pouvant plus bouger on roupille grave coincé dans nos propres déchets…

Laurent DUREAU

En complément

  • Allo Houston, on a un Problème …

41 commentaires sur 66 – L’Amalgame ou Comment se faire avoir en beauté

  1. Fantastique ,j’ai l’impression d’avoir un jumeau garçon,cela me rassure,m’amuse et calme un peu la bernadette qui est en moi et qui parfois peut avoir un verbe créateur qui déshabille et taille en piéce ! Merci mon lolo,ça fait du bien… wacko

  2. Ben du coup pour avoir la chance et l’avantage de lire tes enseignements le plus longtemps possible, il faut qu’il y ait un maximum de petits zorros qui viennent se frotter à Ferdinand… Comme ça il aura toujours quelqu’un à remettre à sa place et il ne partira pas voir ailleurs… smile Vu comme ça, c’est quand même chouette la dualité et les petits égos en surchauffe ! laugh

  3. « …Ainsi ayant un pied en dehors du bac à sable (contact avec l’Un-Visible) et un pied dans le bac à sable, j’aime à stimuler la combattivité des zorro en herbe par quelques baffes régulières, même si des fois je n’arrive plus à savoir avec quelle intensité je les ai distribuées… »
    Waou ! En voici une belle de BAFFE !. Quelle accélération !
    « …Aussi, si vous ne voulez pas que le taille-crayon vous taille un short, commencez par prendre du recul par rapport à l’analyse superficielle de mes passes d’armes. Si un truc vous semble louche, pas à sa place ou discordant, c’est que forcément ça va mal se terminer pour vous… »
    « …Bon, ce n’est pas une raison pour ne plus laisser de commentaires car, après tout, à part votre orgueil, votre mental-égo, qui peut être blessé ?… »

    Comment ne pas réagir à de telles pensées, surtout quand elle émanent d’un Être que l’on garde comme un frère dans le feu de SON Coeur. ?
    Ferdinand, Laurent, DUREAU par bonheur la lecture qui précédait ce dernier délire était la LEÇON 170 du CEM …donc c’est avec la plus grande humilité que je t’invite à relire et recadrer dans ta mémoire ce que tu sais déjà.

    « …Nul n’attaque sans intention de blesser. Cela n’admet pas d’exception. Quand tu penses que tu attaques en légitime défense, tu veux dire qu’être cruel est une protection, que tu es en sécurité à cause de ta cruauté. Tu veux dire que tu crois que blesser quelqu’un d’autre t’apporte la liberté. Et tu veux dire qu’attaquer, c’est échanger l’état dans lequel tu es contre quelque chose de mieux, de plus……etc..

    Oui je pense que quelque chose de louche et surtout de discordant transpire de ton dernier délire…..Donc que les foudres de Ferdinand s’abattent sur moi …Le Short tombe bien IL EST DE SAISON !

    Je t’aime sans limite et que l’Humour l’emporte sur tes combats d’épées.

    CIAO BELLO ! air_kiss

    • Salut roge,
      Voici ce qui me vient a l’esprit :
      Laurent est un urantien comme nous ! Le plombier a ete choisit notament pour ses qualites de baffeurs
      La baffe est une information lumineuse que notre mental ego ne laisse pas circuler. L’ascension est ainsi une succession de baffe recu par un mental ego de la part des energies du haut ainsi que de tendre caresse quand notre etrete prend le devant.
      Vive les baffes singlante de la verite d’un masculin/feminin equilibre.
      Feu de la baffe.

      • belle Paraphrase DU COURS EN MIRACLES…à la recherche ou retouvailles de l’impéccabilité…
        mais dur dur…pas vrai ?!?
        Dit autrement :  »Comment enlever les pailles des yeux du voisin alors qu’on adule nos propres Poutres…

        effectivement

        …….Nul n’attaque sans intention de blesser. Cela n’admet pas d’exception. Quand tu penses que tu attaques en légitime défense, tu veux dire qu’être cruel est une protection, que tu es en sécurité à cause de ta cruauté. Tu veux dire que tu crois que blesser quelqu’un d’autre t’apporte la liberté. Et tu veux dire qu’attaquer, c’est échanger l’état dans lequel tu es contre quelque chose de mieux, de plus……etc……..

        Baf oui !!!

        • Voyez-vous mes amis, ce texte est sublime quand on attaque pour se défendre mais, en vérité, la question est : pourquoi placer mes baffes dans l’attaque puisque je ne me défends pas ? Disons que j’exprime ce qu’un mental-égo (qui est le générateur de la pure illusion)ne veut pas voir venir sous peine de se voir démasquer puis virer de son poste.

          Alors mes amis de l’UCEM, le fait de baffer une illusion est-il une attaque envers de Divin qui nous habite ou plutôt un déshabillage des fripes qui l’empêche de briller ? laugh

  4. Bonjour Laurent,
    Effectivement, de temps en temps, « ton Ferdinand », m’envoie quelques baffes bien placées (ou plutôt je le ressens comme tel – surtout au sujet du tabac)… et heureusement que le mien (de Ferdinand) sait faire preuve de recul, sinon je pense que je serai KO depuis longtemps laugh

  5. L’ image de l’épée en bois transformée en allumettes, si l’armure est faite de la même matière, c’est sûr que la vibration du Ferdinand va te mettre KO ! C est OK ?
    Mais il est sympa le Ferdinand, il laisse les allumettes, nous pouvons toujours tremper une extrémité dans la souffre-anse. Eh oui, c’est toujours sympa d’avoir des allumettes, ça dépend de l’utilité de chaque UN.

  6. ♪♫♪ ♪.¸¸.·˙♬ On a tous quelque chose en nous de Ferdinannnd ♪♫♪ ♪.¸¸.·˙♬

    ♪♫♪ ♪.¸¸.·˙♬ ♪♫♪ ♪.¸¸.·˙♬ ♪♫♪ ♪.¸¸.·˙♬
    Feu du cœur à tous

  7. Bonjour Laurent bonjour à tous
    Enseignements de merlin à Arthur
    « Quand les gens sont méchant avec toi, ils t’aiment en réalité mais la matière corrompu de leur corps les rends aveugles  »
    Super article qui tombe à point
    « Ce matin ils parlent pour tromper les non marcheurs et se croivent en sécurité de changer la constitution pour enfermer les gens qu’ils supposent qu’ils sont méchant pour tous le monde ‘
    Pauvres Lucifer arhimane, pathétique…
    Mais merci nous sommes sur le chemin
    Confirmation

  8. Une partie de ta vie ressemble à ce livre que j’adore :  » La Vie des Maîtres  » de Baird T.Spalding
    C’est vrai qu’on est tous un peu maso sur les bords mais s’il te plaît, ne change pas ta salopette en coton contre du cuir noir

  9. Alors la, elle est forte cette baffe, car moi-même m’en mettant déjà à propos de la cigarette et ressentant beaucoup de culpabilité par rapport à cet enfumage que j’émets dans le Coeur de Terre Mère et dans le mien cryalors merci à toi Ferdinand via Laurent que j’Aime. heart

  10. Merci pour la mise au poin(g)t Laurent smile

    J’ai une allumette en barre de me(n)tal à te proposer.

    De ce que tu nous enseignes tout serait parti d’une interrogation, « qui suis-je? » émise par le Sans Nom.
    Question clairement primordiale.

    Cependant si on place un contexte, celui de l’éternité, ce n’est peut être pas la question fondamentale.

    En effet, « l’éternité c’est long, surtout sur la fin » n’est pas qu’un trait d’esprit. Si l’on pose l’éternité prosaïquement, on a une situation qui aboutie à un problème que même la conscience la plus inimaginable « divine » devrait craindre : l’ennui.
    L’éternité permet de tout faire – sauf vivre son propre anéantissement – c’est vrai ; l’ennui c’est qu’elle permet de le faire ad nauseam, et même après ça à son échelle c’est rien du tout.

    Finalement, la création ne serait-elle pas fondamentalement une parade à l’ennui ? Et surtout l’a-t-elle trouvée ? Entre le mode « papier peint » et celui de la déconnexion totale dans la matière, on a la totalité du spectre des réponses actuellement possibles. Bon, sauf que pour « la deconnexion totale » le signal de la fin du jeu est peut être émis, mais les conclusions à en tirer sont encore hors de portée.

    Et justement, l’objectif final de toute cette expérience ne serait-il pas de trouver LA motivation? Celle que même l’éternité ne pourrait éroder ?
    Parce que par exemple l’amnésie à la naissance, ça fait quand même un peu rustine même si concrètement cela permet de revivre un sentiment avec toute la fraîcheur de « la première fois ».

    Alors bien sûr, il y a l’évolution globale de la création, qui indique clairement un sens (direction comme signification). On peut se dire que d’ici à ce qu’on se fasse chier, il va pouvoir s’en écouler des éons !
    Cependant j’espère que ce n’est pas ça LA solution. Car aussi fantastiquement inimaginable et diversifiée que soit notre existence éternelle, le temps à parcourir reste infini.

    Personnelement dans les baffes que tu distribues, j’ai adoré celle sur les végétariens, et les motivations qui les poussent à l’être (registre de la survie).

    C’est d’ailleurs pourquoi je pense que savoir ce qui nous motive, nous anime, est fondamental ici bas et pas que! C’est fondamental jusqu’au plus haut niveau. Et la réponse est encore à trouver.

    Le pourquoi de ce laïus maintenant :

    Déjà, parce que en fait ça ne te contredit en rien (j’ai cherché des trucs, j’ai pas trouvé!) mais que j’aimerai bien connaître tes réflexions en la matière.

    Ensuite car c’est un problème que je vis au quotidien : je suis fumeur, et c’est pas que du tabac si tu vois ce que je veux dire. Ca depuis l’âge de 16ans, j’en ai aujourd’hui 44.
    Je ne prend pas la défense de ce vice, mais à ma décharge l’effet sur ma personne n’est pas commun. Ni avachi, ni exubérant, ni délirant. Je suis plus concentré et je vis plus dans mon moment présent.
    Ca a fait tilt quand tu as dit en substance « pour faire arrêter un fumeur il faut lui proposer mieux ».
    C’est exactement ce qui m’a poussé à fumer, c’etait pour trouver mieux. La réalité de mes 1ères décennies était sacrément 3D et pour moi c’était ma parade à l’ennui.
    N’étant pas particulièrement handicapé (en terme de 3D en tout cas) par cette addiction, j’ai toujours pu m’approvisionner sans problème ce qui fait que je n’ai jamais redescendu. Voilà d’ailleurs pourquoi c’est un problème quotidien. J’ai une belle vie, je suis entouré d’amour, je fais un travail qui me plait en tant qu’associé avec des associés que j’apprécie et respecte.
    Et pourtant je vis le manque à chaque heure de veille (manque assouvi, mais manque quand même).

    Je pense que ma quête de motivation vient de là. Je compte sur ton enseignement pour me sortir de l’ornière, c’est en tout cas une des grosses motivations de ma présence ici : enfin passer à autre chose smile

    • Salut korrigan,
      l’eternite est une longue periode de temps non dertermine c’est pour cela qu’on la qualifie d’eternel. En effet cette periode de temps depend de la motivation d’un joueur a finir le jeu !
      Pour la fumette, au fur et a mesure de la construction de ton temple interieur avec l’aide de tes amis cristallins, la cristalisation lie aux drogues sera plus facilement transmuttable.
      Naturellement en posant le regard a l’interieur.
      Bonne ascension et feu du coeur.

    • pour ma part un jour j’en ai eu marre de cette habitude car elle devenait une entrave pour continuer le chemin. C’est débile et fatiguant de faire le yoyo vibratoire. Alors je demande comment faire à ma petite voix. Elle me dit: « Pour arrêter de fumer il suffit d’arrêter » Ok! merci… On ne peut éviter le manque (est-il psychologique ou physiologique ?), il revient souvent mais ne dure pas longtemps, il faut le rusé. Cure de vitamine C, magnésium et vitamine B12 pour le cerveau. Au début j’ai morflé, le temps que le corps de désintoxique. Aujourd’hui, mon intelligence et ma créativité se développent « tout azimut ». Comme substance de substitution les hormones de l’amour c’est extra!

  11. Absolument GÉNIAL yes , Laurent, j’adore…et j’adhère à ce que tu inscris… rofl de part « ma logique » rejointe, mais aussi, du fait qu’avoir été « un ancien shérif » laugh , soutient tous tes dires !
    Je m’en tiens qu’à ça cry pour rester discrète et pas ramener ma fraise !
    Sois belle et tais toi me dit ma Petite Voix , elle est gentille pour le « belle » , tu as superbement dit ce qui était à dire…
    ENFIN ! good
    Ce lien peut en aider certain(e)s pour savoir qu’est ce qu’ils sont venus faire ici… et maintenant, en restant humbles unknw .
    https://www.youtube.com/watch?v=msKE547-l7w
    A tous give_rose et de Menton beach plein de soleil, au moins dans vos heart .

      • Merci Gwen26 kiss Maintenant, avec ce que la numérologie ici expliquée, nous a bien dit qui on est vraiment good , pour ce qu’il faut que nous fassions ici et maintenant et appliquer tout le reste avec Laurent… y a de quoi se fatiguer pour plusieurs cycles de vies dash.
        La crétinerie est que quand on reviens, pu…naise, on a tout oublié… wacko chiant ça !
        OUPS, ma tronche a changé, voleur ce programme !

  12. Ferdinand c’est la pointe de ton épée de chevalier christique

    En lisant ton article je pensais à Belmondo (le boxeur-baffeur) dans qui dit souvent « Je m’appelle pas Pierrot le fou, je m’appelle Ferdinand »

  13. « L’Amalgame ou comment se faire avoir en beauté » devrait être encadré.
    Pour moi, il devrait y avoir un avant et un après cet article.
    Enorme, trop fort Le Maître.

  14. Ecole de vie dirais- je ! Cet article est bien développé et permet à ceux qui se sentent attaqués de prendre conscience que : qui aime bien châtie bien, et de réaliser qu’être un peu bousculé parfois consiste à tester nos prises de conscience et surtout nos mises en pratiques de nos acquis. Chaque échange est un exercice pratique utile à de nouvelles prises de conscience. Là meilleur méditation n’est-elle pas d’être en permanence en rappel de soi ?
    Etre conscient de l’instant présent permettant d’être conscient de nos pensées, de nos paroles et de nos actes en temps réel ,finalement chaque échange demeure une leçon de vie que l’on peut décortiquer et analyser sur ces répercussions individuelles ou collectives. Merci pour ce cours magistral supplémentaire, venant finalement compléter les autres cours, sur les différents prismes que nous offre nos expériences de vie perçu par notre conscience lors d’un échange qu’il soit impromptu ou organisé, ceux-ci sont finalement à assimiler à des stimulus sollicitant notre capacité d’analyse, de discernement tout en observant les diverses réactions de notre mental-ego, école de vie en direct et en permanence. Merci Laurent de si bien développer ce que certains pensent si fort et ne savent pas exprimer pour le partager. Vous faites ça si bien qu’il me semble que vous ravissez un grand nombre de gourmands et de gourmandes de savoir. Bravo encore une fois.

  15. moi aussi de temps en temps j’ aime bien être  » baffée » ( seulement par laurent ) laugh , mais je garde également à l’ esprit le conte  » A qui appartient le cadeau »
    – Si quelqu’un vous tend un cadeau et que vous ne l’acceptez pas, à qui appartient le cadeau ? demanda le samouraï.
    – A celui qui a essayé de le donner, répondit un des disciples.
    – Cela vaut aussi pour l’envie, la rage et les insultes, dit le Maître. Lorsqu’elles ne sont pas acceptées, elles appartiennent toujours à celui qui les porte dans son coeur.
    bonne route à vous
    laguz
    smile

  16. c’est pas parce qu’on a rien a dire qu’il faut fermer sa g….le
    AUDIARD non ? Je n’avais rien à dire mais bon…
    rofl
    Puis version 3D pure: Faut pas parler aux c..s ça les instruits
    Puis version 4D/5D : C’est notre « passeur d’armes » en chef qui cause punish

    Merci Laurent

  17. Je fais simple et court maintenant pour lire les articles de Laurent, je les renifle à l’avance, parce qu’en ce qui me concerne la stimulation de l’ego n’est plus approprié, à moins d’aimer cela…

    Disons que c’est utile à un certain niveau d’apprentissage, mais ensuite, une fois que c’est compris, on évite justement toutes ses bassesses, on s’en éloigne, alors, je m’éloigne et prend du recul sur celles de Laurent, même si….

    Avant, je le savais déjà ça. Je savais qu’il fallait d’abord renifler, mais mon manque de recul et ma curiosité l’emportait toujours, mais petit à petit, je réussissais à prendre mon temps, pour prendre justement ce fameux recul.

    Alors, je les renifle avant de commencer à lire les 1ères lignes, si je sens qu’il y a là, plein de provocation, de ceci et cela, et qui en plus, sont souvent ciblées, je zappe, je ne lis plus l’article.

    Ou bien, je survole quelques lignes pour gouter un peu l’ambiance, et idem, si je sens quelque chose de louche, je me casse direct de ce blog, idem avec les commentaires, je ne perds plus mon temps, ni mon énergie avec tout cela, parce qu’en fait, je n’en vois plus l’intérêt.

    Et dernièrement, je trouve les manœuvres et les techniques de baffes de Laurent de plus en plus mises à jour et en lumière par ses lecteurs, et je pense que beaucoup ont ainsi pu prendre la poudre d’escampette, parce que ça énerve, et parfois c’est bas.

    Puis pour certains d’entre nous, ça ne marche plus…. les baffes! Plu de réactions, pas d’acceptation non plus, juste un éloignement.

    Mais malgré cela, il y a en effet ce petit plus dans les articles de Laurent, ce qui fait quand même la différence chez Laurent, c’est pour ça qu’on le lit, et d’ailleurs, lorsqu’il s’en vante, ça en devient indigeste, ce genre d’article j’évite de les lires aussi, lorsqu’il s’agit de ça. Dommage. Je ferme la fenêtre direct.

    Si bien que… il devient de plus en plus rare que je lis les articles de Laurent.
    Je suis en somme, en sevrage, et ça fait du bien. J’ai l’impression d’être connectée, et d’avoir de moins en moins besoin de « venir me prendre des baffes », ou d’autres choses d’ailleurs.

    Peut-être ne reste t-il que l’habitude désormais! rofl
    Mais celui-ci, bizarrement, j’ai bien aimé, et je l’ai lu en entier.

    • à Cil’houette ; dire que j’ai perdu mon temps à lire ce genre de chose.. On voit bien à ces dires inscrits là que la perfection est atteinte ! Ne pas omettre que nous voyons en miroir ce que nous sommes. Basta le temps perdu

  18. Comme quoi, de la théorie à la mise en pratique il y a tout un univers à explorer smile
    Mais c’est normal nous dit la théorie puisqu’on est justement là pour ça, et qu’il est bien connu que l’égo ne se laissera pas si facilment dompter, on est là face à un très bon exemple des mystères de la psychologie humaine, on le dissèque, on l’analyse, on l’observe jusqu’à en discerner ses principaux défauts, ou au moins ses aspects les plus grossiers, ceux-ci peuvent parfois être si grossiers qu’il vont faire pêter la dualité de l’humilité avec ses armes principales du « moi je moi je moi je », et parfois sans même se rendre compte qu’il dégaine sans aucune raison autre que celle qu’il s’inventera lui-même, à moins que ce soit la compétition toujours en train d’officier sur le ring?

  19. Bonjour Laurent. En gros Ferdinand serait un peu comme Eve, il lui faut quelque chose à se mettre sous l’Adam. Suis (un peu) du même avis que toi : je préfère la patience à l’appât science, vu qu’avec le 2ème y a caché l’hameçon, le fil et le pêcheur au bout. Les découvertes ont fait progresser dans le confort et l’utilité :c ‘est important au départ d’écoper, bon après il faut quand même boucher le trou du bateau, et c là qu’il n’y a pas grand chose, au nom du matérialisme « réaliste ». La physique quantique n’est pas enseignée à l’école que je sache.. ni l’amour qui libère (y en a t’il un autre ?)..A l’alternative égo je préfère la terre native let’s go…

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.