121 – Précisions sur l’Instant Présent

instant_present_02Au fur et à mesure que nous avançons sur le chemin de l’élévation de fréquence, il y a des définitions de concepts qu’il est bien de revoir car bien évidemment notre regard sur le monde qui nous entoure mais aussi celui de notre monde intérieur change.

Donc surpris et pas surpris par certaines réflexions, je vous propose de revoir un peu le concept de l’Instant Présent ou du moins ce qui se cache dans cette expression devenue courante chez les marcheurs.

Être dans son instant présent ne veut pas dire ne pas avoir de pensées. Dit autrement, beaucoup d’entre vous pensent que vivre son moment présent c’est être vide de pensées, c’est être dans une vacuité où justement, puisqu’il y aura du vide, il se verra remplir instantanément de pleins de choses.

En clair, si autant dans le principe le vide, la vacuité, est désirée, en vérité, elle ne peut être réalisée dans les faits de la vie courante. Hé oui, c’est seulement dans certains états méditatifs que l’on peut se débrancher mais cela demande de s’installer confortablement, de fermer les yeux et de pratiquer une technique x ou y pour faire taire le mental.

Donc croire qu’être en pleine vacuité les yeux ouverts et en pleine action dans la matière relève de l’illusion totale car les deux mouvements sont incompatibles. Cependant, il existent bien des manières pour fuir la notion temporelle et c’est celle d’être absorber dans un environnement précis qui nous est généralement très relaxant.

Ainsi en jardinant, en peignant, en écrivant ou en faisant une chose dans laquelle nous nous investissons totalement en êtreté, il en découle une déconnexion temporelle. C’est normal puisqu’étant en 4D, au niveau du cœur, au niveau de la vibration, la fonction linéaire du temps n’existe plus et n’est donc plus pris en compte par le mental qui gigote en 3D.

Vivre son instant présent est donc au final la capacité d’un individu à vivre en 4D. Ce faisant elle est partiellement incompatible avec la notion de vide de pensées car, bien évidemment, si nous sommes en action “matérielle”, il y aura forcément un minima d’activité cérébrale et donc de pensées.

Abordons donc ce qui fait que vivre son instant présent semble être si difficile pour nombre d’entre nous. C’est simple et évident dès que l’on prend conscience du chat qui se mord la queue d’un point de vue mental.

En effet, établi dans votre êtreté vous commencez par exemple à dessiner car vous aimez cela et ça vous détend terriblement. Ainsi, religieusement vous aménager votre environnement pour tout avoir sous la main tout en étant dans une bulle qui vous coupe du monde extérieur.

Tout est prêt et hop vous commencez à dessiner. C’est super mais une pensée vient de vous traverser l’esprit. C’est alors que viendra un choix à faire : vous recentrer sur le dessin en laissant filer la pensée ou plutôt s’accrocher à cette pensée et voir ce qui se cache derrière.

Dans le premier cas (celui de rester dans la vibration du dessin au détriment de la pensée) vous maintiendra dans la 4D puisque justement votre mental-égo n’a pas pu s’accrocher à la pensée car si c’était le cas alors vous seriez dans le second cas.

Il faut donc comprendre qu’être dans l’instant présent est une chose et que vivre l’instant présent en est une autre. Etre dans l’instant présent correspond à une fraction de seconde (le temps qui s’écoule avant la prochaine pensée) tandis que vivre l’instant présent correspond à un laps de temps nettement plus long puisqu’il implique que vous avez ignoré un nombre certain de pensées…

Le marcheur débutant commence donc par vouloir être dans l’instant présent et ensuite, par la pratique, il vivra de plus en plus son instant présent. Au début, c’est donc bien une intention très colorée par le mental alors qu’après c’est juste une constatation que plus on pratique et plus ça devient facile.

Ainsi le marcheur de débutant passera au stade d’initié (il sait comment faire) pour parvenir enfin à ne même plus se poser la question car il le vivra naturellement. Cependant, il lui faudra développer une attention particulière concernant la manière dont le mental-égo s’arrange pour le sortir de cet état vibratoire de 4D.

En effet, le mental-égo, la personnalité, n’aime pas perdre la main sur votre façon de vivre, sur ce qu’il veut vous faire vivre (son illusion à lui) et pour ce faire il va s’aider de vos cristallisations émotionnelles.

Ainsi, quand une pensée survient pendant votre tentative d’êtreté, il ira chercher dans votre émotionnel le petit truc qui donnera une énergie suffisante à la pensée pour qu’elle se développe à l’image d’une balançoire qui reçoit une pichenette afin de perpétuer un mouvement de balancier, un va et vient énergétique permettant au chat de se mordre la queue.

Le schéma énergétique devient alors un huit de chiffre et vous vous retrouvez alors à mille lieux de votre instant présent. Prenons un exemple fort simple d’abord par rapport au passé ou quelqu’un vous a dit un truc qui ne vous a pas plut.

Forcément, énergétiquement, comme vous vous mettez dans une position de 4D, une position vibratoire, la petite cristallisation émotionnelle qui est coincée en vous à ce sujet va générer une pensée qui va vous traversez les neurones.

Ce faisant, le mental-égo profitera du mouvement de la libération de cette balançoire (qui était restée accrochée sur une branche) pour lui insuffler un mouvement supplémentaire quand elle arrivera en fin de course.

Ainsi grâce à cette libération énergétique initiale dûe à votre état d’êtreté de 4D, votre mental-égo va vous ramener dare-dare en pleine 3D en profitant de ce mouvement. Aussi, si vous fixez votre attention sur cette pensée “libératrice d’un blocage énergétique” non seulement vous sortez de votre êtreté de 4D mais aussi vous vous retrouvez à imaginer tous les scénarios en découlant.

C’est ainsi que de fil en aiguille vous vous retrouvez à ruminer. Ce faisant, non seulement votre vibration ne sera pas des plus hautes (vous êtes redescendu) mais en plus vous cristallisez encore plus le petit problème initial.

Dit autrement, ce qui a été une libération au départ devient un boulet à la fin. Donc à ce jeu, celui de prendre au vol la première pensée que vous jugez importante vous vous disqualifiez vous-même de vivre votre instant présent. Dit autrement, votre mental-égo vous a eu sur toute la ligne… 1 point pour lui.

Voyons donc maintenant à propos du futur. Une pensée, toujours énergétisée par une énergie de peur cette fois-ci, fait que vous allez la capter au vol selon la même principe vu précédemment et se verra amplifiée pour cause d’étude des différentes répercussions possibles imaginables.

Cette fois-ci au lieu de ressasser le passé, vous êtes en pleine science fiction pour le futur. Cet exercice de projection forcément vous sortira de votre instant présent et hop, une nouvelle fois votre mental-égo aura gagner la partie. 1 point de plus pour lui !

Vivre dans son instant présent demande donc à s’accrocher le moins possible à toutes les possibilités de ressasser le passé ou de se prendre la tête pour un futur quelconque.

Vous pouvez prendre des moments pour cela et ça s’appelle l’introspection mais pas pendant que vous faites votre passe temps favori pour justement vous vider la tête et passer un agréable moment.

Comprenez la différence entre le moment d’être (impliquant de se vider la tête pour être tout en étant dans une action extérieure) et le moment de se vider la tête pour faire du ménage (impliquant une attention mentale mais sans aucune activité extérieure).

Il y a un moment pour tout mais il ne faut pas mélanger les genres entre l’intérieur et l’extérieur.

L’aspect positif du marcheur qui arrive à être tout en étant dans l’activité extérieure (c’est-à-dire vivre son instant présent) est celui de voir ce qui lui est émotionnellement perturbant à un instant t de son présent.

En effet, lorsque vous vivez dans votre instant présent, les pensées qui vous parviennent sont généralement issues de surtensions ou blocages énergétiques en cet instant. C’est donc une source sûre de ce qui vous tient à cœur ici et maintenant.

Ainsi, au lieu de tomber à bras raccourci sur la première pensée qui vient (et qui vous sortira de votre instant présent) notez-là dans un coin quelque part si vous la jugez importante et poursuivez votre activité de “vidage” via cette activité extérieure.

Aussi, après que vous ayez fini votre activité extérieure vous pourrez prendre le temps suffisant pour faire un travail intérieur. Il s’ensuit ainsi que votre vibration sera plus pure (moins polluée) dans ce que vous entreprendrez en chaque instant.

Par cette façon de faire, vous pourrez donc savoir où vous en êtes dans votre avancement vibratoire (et donc spirituel dans le sens de la vraie spiritualité). Plus le temps sera long entre 2 pensées et plus cela indiquera votre aptitude à maintenir votre fréquence haute tout en démontrant que vous avez moins de balançoires accrochées dans les branches.

En effet, il y a une relation directe entre votre maîtrise et le temps qui s’écoule entre 2 pensées lors de vos activités extérieures.

Il n’y a nul lieu de donner des notions temporelles pour mesurer le temps écoulé entre deux pensées car cela est relatif à bien des choses que je résumerai sous le concept que chacun est unique. Ne vous comparez à personne mais découvrez vos propres progrès.

Comprenez déjà que plus vous serez capable de ne pas vous faire avoir dès qu’une pensée suffisamment forte surgit en vous et plus vous démontrez votre maîtrise dans le sens où moins votre mental-égo peut prendre la main. Vous pouvez donc savoir où vous en êtes dans votre avancement.

Vous verrez à l’usage et par une pratique de plus en plus consciente que votre sérénité mentale pendant l’action extérieure est directement liée à votre état émotionnel. Plus ce dernier est chahuté et plus nombreuses seront les pensées et donc plus difficile sera de ne pas se faire avoir…

La véritable vacuité dans l’action est en vérité la référence directe à votre degré de maîtrise et, bien entendu, cela n’a absolument rien à voir avec tout contrôle car ce dernier est pieds et poings liés avec le mental-égo.

L’êtreté dans le faire est la marque d’un Esprit, d’un Dieu, agissant dans la matière en toute maîtrise.

On est donc loin, très loin, de la croyance que ne rien faire est le top de l’être. Il n’y a pas le faire ou l’être mais l’être en faisant. Il n’y a pas le féminin ou le masculin mais la vibration dans une géométrie en action.

On en revient donc toujours au même au final malgré les trop nombreuses croyances à l’emporte pièce véhiculées par ceux qui veulent vous faire croire que des vessies sont de très belles lanternes…

Laurent DUREAU

49 commentaires sur 121 – Précisions sur l’Instant Présent

  1. « Vous verrez à l’usage et par une pratique de plus en plus consciente que votre sérénité mentale pendant l’action extérieure est directement liée à votre état émotionnel. Plus ce dernier est chahuté et plus nombreuses seront les pensées et donc plus difficile sera de ne pas se faire avoir… »

    Parmis toutes les méditations qui existent, la méditation transcendantale est un outil efficace:
    « La véritable méditation est un processus facile, simple, sans effort et naturel. Chacun peut l’apprendre, elle est agréable à pratiquer et ne nécessite aucune aptitude particulière, elle produit des résultats immédiats. La plupart des gens considèrent la « méditation » comme une forme de contrôle de l’esprit par une sorte de concentration (portant sur un son, la respiration ou la sensation d’ « être dans le présent ») visant à obtenir un peu de silence. Cependant, la concentration est contraire à la nature de l’esprit et n’est pas très agréable à pratiquer. »
    boast

  2. Les enfants ont cette faculté de partir dans le tout les yeux ouverts smile smile
    Dommage que tout soit fait pour les distraire….enfin c’est mon avis !

  3. Juste l’avant-dernier paragraphe « On est donc loin, très loin, de la croyance que ne rien faire est le top de l’être. Il n’y a pas le faire ou l’être mais l’être en faisant. Il n’y a pas le féminin ou le masculin mais la vibration dans une géométrie en action. » est pour moi un éclairage fulgurant ! smile

    Mais oui, merci Laurent ! Voilà qui me remet bien les points sur les « i » (et qui me permet de progresser car c’est encore un mur intérieur qui tombe : les 2 polarités ne sont pas opposées, elles sont complémentaires… Merci de m’avoir fait ressentir cette évidence) smile

  4. Il est important de ne pas faire l’amalgame entre ne rien faire et le « non agir » la différence est au niveau de la volonté, alors que le sage laisse être les choses et les accompagne…, comme dans les arts martiaux, on accompagne la force, qui devient notre allié, nous ne subissons, ni nous y opposons, jamais.
    Comme la rivière va de la source à la mer pour retourner à la Source..
    Vous êtes aimés
    Merci

    • C’est pas loin, en fait il s’agit du Wu-Wei (+- le non-agir)qui est la base du Jiu-Jitsu qui n’est, comme vous le savez, pas la meilleure méthode de prendre des coups, mais plus de diriger la force vers une autre voie.. Merci
      Xavier

      • En d’autres mots, comme on dit ici en Polynésie, va avec la vague, pas contre, utilise là pour grandir, surfe là avec amour, caresse là, aime là et tout te sera offert. Nous sommes ici pour expérimenter, pas pour nous opposer aux leçons qui sont autant de clefs pour l’ascension. Merci
        Xavier

  5. merci pour cet article d’actualité, je voudrai dire que personnellement, lorsque je suis dans mon êtreté et qu’une pensée « discordante » se présente, je l’offre à mes anges comme un cadeau en leur demandant de la transmuter en lumière-amour et je me sens libérée, je me rends bien compte qu’aujourd’hui les nettoyages sont plus simples et nous demandent moins d’introspection, après tout, tout est affaire de croyances… belle journée à tous.

  6. Nous adorons cet article Laurent!! Il va tout à fait dans notre sens de réflexion et notre façon de vivre.
    Nous aurions pu écrire la même chose que Jean-Lucas!

    Merci encore Laurent.
    Bises à toutes et tous

  7. La maitrise devient le jeu de cette dimension.
    Elle est l’expérience de l’évolution dans la sphère de « Gaia ».
    Ce monde est une salle de gymnastique où tout est possible pour s’entrainer.
    Nous suivons les délires pour nous tester dans notre évolution.
    Il n’est pas simple de concevoir les paroles devenant les images.
    Les pensées sont indissociables à cette analyse du soi.
    Ces paroles seront notre processus de réalisation.
    Nous lisons avec des images se posant dans nos pensées qui sont notre présent.
    Nous devons se réunifier et regrouper nos pensées pour harmoniser notre sphère.
    Les pensées sont-elles un tremplin pour la création?
    La réponse est dans les images et non dans la parole.

    • Le bouddhisme répondrait que les images sont aussi une illusion, ce sont des productions du mental… Elles sont forcément colorées par des filtres personnels.

  8. Je « recherche » souvent cet état, cet état où il y a plus rien….
    Ou tu fais, sans ne rien faire.

    Certaines drogues permettent d’obtenir cet état d’unité, de plénitude et de vibrations, où tu vibres durant des heures, il y a plus de mental, de séparation, ce que tu veux, ce que tu penses, tu l’obtiens à une vitesse record, tout est tellement simple et fluide, comme lorsqu’on est enfant, tandis que sans rien, sans drogue délicat de tenir plus longtemps qu’un dessein, qu’un article, ou qu’une activité quoi !

    Rapidement les énergies basses te rattrapent.

    Mais le but étant de bien évidemment réussir à obtenir le même résultat sans rien, en faisant en sorte que l’expérience sous drogue à l’avenir ne soit pas un frein (conditionné) au naturel.

    Franchement, je me passerais bien des 3/4 pensées, et tout et tout.

    • Remplace le mot « Drogue  » par le mot Acide…
      ça sera plus juste ….

      Une chose que les Gens ne savent pas c’est qu’on se ré-incarne dans un corps Handicapé quand on a utiliser de la dogue …

      Donc à éviter !

    • plop,
      Ayant moi même consommé abusivement et validé par l’expérience les conséquences désastreuses (intérieures et extérieures) que cela implique, je me joint à la discussion les amis pour vous communiquer ceci

      http://174.94.156.30/Zweb/JF/Lectures/DroguesTelosExtraits.html

      On parle rarement de drogue ici et finalement je comprends bien pourquoi.
      Z’on fait fort là dessus les sombres!
      A la lumière des propos d’Adama de Telos que je me suis employé à relir avant de poster, et en me remémorant certains des moment enchanteresques que j’ai pu vivre lors de certains « trips », je ne peux m’empêcher de reconnaitre la puissance de cet noirceur machiavélique et cruelle maquillée en compte de fées.

      comme dirait l’autre -> https://www.youtube.com/watch?v=5JpXZebfNOw
      oups j’ai rippé punish

      biz a tous

  9. Comme toujours, encore des précisions sur certains mots et groupes de mots qui sont bien nécessaires. Cet article tombe à pic, près une séance de méditation C’han (Zen) la question était « comment trouver dans l’action (le faire) ou dans la pause (dans l’assise) l’état d’ « ETRE, se sentir vivre et vibrer sans penser « ? tu as donné de bonnes réponses.
    Le Taïji Quan (prononcez Taï chi chuan) art martial chinois (interne), après plusieurs années d’étude et une bonne maîtrise (ceinture noire) devient « une méditation en mouvement » qui donne de la joie dans le cœur et les vibrations d’un mieux-être général ainsi qu’une sérénité dans sa vie quotidienne.
    Éplucher des carottes, faire le ménage ou laver la vaisselle ne sont plus des corvées mais des instants de présence à faire dans la joie. Notre perception des choses sont plus simples et naturelles comme se désaltérer avec une bonne eau encodée, c’est du bonheur!
    Je ne m’appelle pas Sœur Térésa, ni Sœur Emmanuelle, je me souviens lors d’une émission, avoir entendu chacune d’elles affirmer qu’elles d’apportaient leur aide avec la joie de vivre chaque instant, dans la misère et les épreuves. Elles avaient trouvé un rythme de vitalité heureuse et de vibration intense à aider les malheureux. Ça se voyait dans leur sourire, un sourire unique.
    Je me suis laissée aller, je vous souhaite de vivre dans la présence chaque instant de votre vie dans le bonheur du cœur. smile

    • Du temps de la belle époque de monsieur Bleu, à méditer par contre le fait que soeur Emmanuelle serait restée limitée ‘coincée’ sur une dimension (planète certes élevée) car de s’être trop identifiée aux pauvres dont elle s’occupait. unknw

  10. « Être en faisant »… encore une fois je m’aperçois que je fonctionne encore très souvent dans la dualité (soit l’un, soit l’autre)…
    accueillir la conscience à chaque moment, et la laisser régler les curseurs sur la table de mixage de mon mental, pour ne pas le laisser s’accrocher aux extrémités de mes valeurs ou de mes peurs… accepter que ça change tout le temps
    Merci Laurent pour tes radio guidage give_rose

  11. Sœur Emmanuelle disait aussi, il me semble.. »vous avez des bras, des jambes, une tete et..qu’est ce que vous en faites..!? ».Merci pour tous ces articles qui donnent à..murir!
    FDC

  12. Bonjour à toutes et à tous un simple partage de cette attitude et expérience recherchée être dans le faire en toute conscience: ça m’arrive chaque fois que je plonge mes mains dans l’ eau chaude de ma vaisselle à l’écoute de mes sensations ( chaleur de l’eau contact de la matière ,douceur de la mousse ,parfum) c’ est là que la plupart du temps les messages descendent sans effort et avec surprise…. ainsi que lorsque je suis dans mon balai à la traque des miettes et autres petites poussières indésirables …. Essayez vous pourrez être surpris !!!Et comme Mr Jourdain du Bourgeois Gentilhomme qui faisait de la prose sans le savoir vous aussi vous expérimentez peut être déjà cet état sans le savoir !! Cest simple et facile ne vous prenez pas la tête avec des théories compliquées .Merci à toute l’équipe au sol et feu du coeur à tous air_kiss

  13. Salut à tous,

    Merci Laurent pour cet article formidable.

    Il prouve par sa nécessité que nous avons besoin de retourner aux fondamentaux. Il est vrai qu’on a tendance à toujours vouloir acquérir de nouveaux savoirs, alors que tant qu’ils ne sont pas intégrés, ils ne sont pas connaissances. De ce fait, le mental-égo prend bien soin de nous faire oublier les bases de nos constructions individuelles.

    J’y vois, ici, une belle synchronicité, car je vis en ce moment ce retour aux fondamentaux. Je suis persuadé que la séance d’harmonisation à distance, que j’ai reçue il y a quelque temps, y est pour quelque chose.

    Je vis très bien cette situation, cette sorte de douce révolution intérieure. En effet, il y a pas si longtemps que ça, j’aurais dit : « Oh encore une répétition, je veux du nouveau! ». Or, sagesse aidant, on se rend compte que la répétition continue tant que nos leçons de vie ou de construction n’ont pas été intégrées, transcendées en connaissances.

    Merci à la Source, merci à l’équipe Durantienne, ainsi qu’à l’ensemble des marcheurs, sans oublier mes proches, de me permettre, de vivre toutes ses expériences, d’apprendre ce qui EST.

    Ça peut vous paraître absurde, mais j’ai envie, également, de remercier mon mental-égo et mes parts d’ombres qui sont nos plus grands maîtres, même s’ils ne sont pas toujours avec leurs élèves.

    En effet, la lumière et l’obscurité font bien partie de la création, puisqu’elles existent. Tout ça me permet de devenir « JE SUIS ».

    Feu du cœur à tous!

    • Aussi, j’ai envie de vous dire qu’il ne faut pas, non plus, jeter la pierre sur les savoirs, je l’ai considère comme des pièces de puzzle, des bribes de connaissances…

  14. completement hors sujet je sais..mais Laurent s il te plait tu pourrais écrire quelque chose sur la nuit noire de l âme ou bien sur les reves… je réitère la question ici car avant j ai posté le commentaire dans un autre article.

    Merci Laurent

  15. Cher tuyauteur,
    Cet article tombe à pic dans ma vie; la semaine passée, je me suis justement posé la question de savoir pourquoi j’avais la sensation d’être dans « le juste » par moment et d’en sortir à d’autres, et de , précisément, ressentir « une régression ».
    J’ai, dans cet article, tous les éclaircissements et les « tuyaux » (du tuyauteur en chef) pour ajuster mon attitude quand mon mental-égo veut s’installer quand je ne l’ai pas invité. Merci également à Colette pour une solution supplémentaire en cas de difficulté.
    Mille mercis et feu du cœur à vous tous ainsi qu’à mes guides qui m’ont fait vous connaître. thank_you friends

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*