10 – L’Étape Clé et Incontournable du Marcheur

mine_01Maintenant que vous êtes au courant du cube de l’Humanité et de comment il fonctionne via tous les réseaux énergétiques et informationnels de la Matrice, vous imaginez bien que tout ce qui se passe à l’intérieur des marcheurs va impacter plus ou moins fort la destinée du monde.

Voilà la raison pour laquelle qu’il est insensé de croire qu’en changeant les choses dehors, on puisse changer le monde. C’est ainsi qu’un marcheur “mature” sait que tout se passe en lui et pas ailleurs. Cependant, cela n’a pas l’air d’être encore clair pour beaucoup de mes lecteurs (sans compter les nouveaux).

En effet, les sombres savaient bien que, malgré les moutons blancs (ceux qui suivent toutes les consignes à la lettre), il allait y avoir forcément et naturellement des moutons noirs (ceux qui font tout pour aller à l’encontre des consignes = des révolutionnaires = le cancer).

Pour ces derniers, l’appareil de répression  (la police, les CRS = ce qui doit fait peur) et l’appareil de la justice (les tribunaux = il faut prouver ton innocence ) leur sont tout particulièrement réservés afin de les parquer dans des prisons (pénitenciers ou asiles psychiatriques) pour les exclure du troupeau global.

Ceci étant opérationnel, l’ère du Verseau de par ses énergies-vibrations fit que des moutons mutant apparurent. Certains moutons blancs se mirent à jaunir sans pour cela aller jusqu’au mouton noir. Dit autrement, bien qu’étant des moutons noirs dans l’âme (= je ne suis plus d’accord avec le système), ils ne franchissent pas la ligne rouge qui les ferait passer pour des terroristes.

Ce sont donc des révolutionnaires ayant compris qu’avoir un casier judiciaire gribouillé, non vierge, n’était pas la meilleure façon de changer le monde, du moins en termes de crédibilité par rapport à la grande masse que sont les moutons blancs. Ce faisant, les sombres mirent au point un système pour capter et canaliser ces mutants vers une prison “virtuelle”.

Ce système est connu sous le nom de New-Age. Il est vrai que le monde en avait marre des guerres permanentes et surtout des grandes (WW1 et WW2 où WW veut autant dire une origine germanique au problème – voir logo d’un constructeur – que World War = guerre mondiale en anglais, la langue mondiale).

Le slogan commercial du New-Age a donc été “l’amour et pas la guerre” mais cela ne suffisait pas de dire et seuls les actes comptaient. On se mit donc à enfiler des fleurs dans les canons de fusils, à se faire pousser les cheveux en opposition au crâne rasé des soldats, à s’habiller décontracté et avec des couleurs chaudes en opposition à l’uniforme kaki, à rouler en coccinelle ou fourgon issus de la marque WW (comme par hasard) mais pas seulement.

En effet, le New-Age s’est bien implanté en Occident (le bloc capitaliste) car dans le bloc communiste, ça se terminait direct au goulag.  Et puis pour l’Orient, trop occupé par le désordre apporté par les sionistes avec la création de l’état d’Israël, le New-Age n’a pas pris tout autant que l’Extrême Orient où globalement la pauvreté régnait en maître et où Mao s’est fait connaitre notamment avec une méthode communiste musclée visant l’extinction directe des mutants et moutons noirs…

Le New-Age, animé par des tonnes de bonnes intentions, brisa donc les conventions hyper rigides du mariage en prônant l’amour libre mais aussi la fumette libre. En effet, à l’époque un mâle ne pouvait être que fumeur, car tout non-fumeur (sauf cause médicale super évidente) était considéré comme une hommelette…

Fort de cela, les sombres firent donc circuler quelques drogues connues pour leurs effets très éthérés. Normal, que vouliez-vous d’autres sinon rejoindre le Ciel !!! Le New-Age se fit donc le porteur des étendards de l’éthérisation, de l’échange libre sans contrat, du contact avec les entités de l’invisible, du “Je fuis le résultats de mes actes” = je me tape complètement des répercussions et advienne que pourra  tout en étant un commercial de WW.

Fort de cette déresponsabilisation, les sombres en ont profité pour y introduire la Junk Food auprès des moutons blancs, tout en poussant les New-Agistes” vers le vert, l’écolo. Bien évidemment, autant la période yéyé faisait un carton auprès de la 1ère génération New-Age grâce à l’évolution de la guitare électrique, autant les générations suivantes eurent droit à du planant grâce à l’évolution des synthétiseurs…

Mais cela ne suffit pas car aussi du côté de l’image il y eut des progrès avec les photos, puis le fluo qui débarqua sur les maillots et les affiches pour en arriver à des images totalement synthétisées par des trucs appelés ordinateurs. Ce faisant le photomontage devint un art de tromperie généralisé.

En gros, autant la génération yéyé a voulu casser l’aspect militariste des choses, la génération suivante dite écolo était pour contrebalancer la malbouffe empoisonnée, autant la génération actuelle est au-dela de l’au-delà (de l’astral) et ne parle plus que de canalisation avec des Êtres De Lumière (forcément) sur fond de musique planante et avec des images super lumineuses et très portées à l’éthérisation.

D’ailleurs cette éthérisation est devenue l’ultime but du marcheur rosiné qui, en plus, forcément puisqu’il est sexué, recherchera l’âme sœur idéale car il ne parle plus de nirvana atteint par l’accouplement physique où la fameuse kundalini déciderait de mettre le nez dehors. Non, il veut la fusion parfaite !!!

Alors comme toute information qui se diffuse dans le troupeau des moutons et au gré des résistances au jaunissement (papa soleil nous arrose en conséquence), nous trouvons des marcheurs avec un mélange de toutes les diversités de croyances générées par le New-Age. Cette dernière génération est appelée les bisounours (suite à une série télévisée pour enfants).

En résumé, nous savons que passer du mouton blanc (l’aspect lunaire) au mouton jaune (l’aspect solaire) est une nécessité consécutive à la venue de l’ère du Verseau. Cependant, grâce à l’action des sombres, à l’action New-Age, le jaune vire au rose… Il y a donc une nouvelle espèce de mouton et même si c’est la même couleur que celle de Marie, ce n’est pas une raison !

Je vous raconte tout cela afin que vous compreniez que devenir un bisounours est un passage obligé de tout marcheur. Celui qui me dit le contraire est un menteur, dans le sens où cela voudrait dire qu’il occulte complètement l’influence de la noosphère, l’influence de la matrice, gavée par la totalité de ce qui est généré par l’Humanité elle-même.

Quelqu’un qui me dit qu’il n’a en lui aucun côté de bisounours, aucun côté du New-Age, est une personne qui dit haut et fort qu’il est en parfaite maîtrise de son inconscient et subconscient. Si cela n’est pas issu de l’orgueil, du mental-égo, alors c’est issu de quel personnage ?

Dit autrement, l’étape-clé du marcheur est de passer le plus rapidement possible cette étape bisounours en regardant sans concession tout ce qui s’y rapporte. Comprenez-vous pourquoi je lance des piques régulièrement envers les bisounours ? C’est pour éviter l’enlisement dans le piège tendu par les sombres.

Et comment je peux vous aider à franchir cette étape plus rapidement ? C’est simple : c’est en vous faisant bénéficier de mon expérience personnelle, car assurément j’ai séjourné dans cette étape pendant plusieurs décennies car j’ai eu la chance de naitre peu après la WW2 et ainsi, de vivre cette étape pendant toute sa croissance jusqu’à ces jours.

Hé oui, après WW2, il a bien fallu repeupler mais aussi suivre l’évolution ordonnée par l’horloge céleste. Ainsi quand je suis né comme 4ème enfant, mes parents étaient encore à la ferme et mon père avait la charrue et le cheval de trait comme outil. Puis nous déménageâmes en barre d’immeuble puisque mes problèmes de santé notoires (entre autres) apportèrent des problèmes financiers à mes parents.

Mon père se retrouva à bosser en usine pendant que ma mère faisait tout pour joindre les 2 bouts tout en continuant de pondre… Arrivé à la onzième grossesse, plus aucun appartement en barre d’immeuble n’était alors assez grand. Nous déménageâmes donc dans un lotissement  à la campagne, dans un village voisin, à la fin de mon CM2. J’avais 12 ans.

Nous venions tout juste de passer les révoltes de 68 et avions vécu les étagères vides du Spar qui desservait le bloc d’immeuble. L’arrivée à la campagne me fit du bien puisque mon asthme disparut, mais cela ne fit qu’accentuer aussi mon statut de travailleur agricole. En effet, si nous avions réussi à traverser les périodes de pénurie alimentaire, c’est parce mon père avait toujours un grand jardin dans le village où on a été habiter.

On a donc connu l’aspect “survivaliste” d’une certaine manière. Cela faisant, étant toujours l’esclave de l’autorité parentale (et des difficultés financières attenantes), à 18 ans mes parents me mirent en face de mes responsabilités financières. J’ai donc commencé à bosser dans le BTP et à verser à mes parents un loyer qui incluait l’hébergement, la nourriture et le blanchissage. Ah, juste pour précision, je n’ai jamais reçu d’argent de poche de mes parents. Chose inconnue en mon monde !

C’est donc à ma majorité que j’ai mis les pieds dans le plat en décidant, d’abord, d’envoyer balader tout ce qui touchait l’église catholique (tous des hypocrites) pour finalement, 5 ans plus tard, leur envoyer mon acte d’apostasie (papier stipulant que je ne suis plus un chrétien). Ma famille génétique n’a toujours pas compris pourquoi je ne rentre plus dans les églises et les cimetières lors des cérémonies… Ils n’osent remettre en question le fait que je ne sois plus catho…

Aussi tout comme la jeunesse mâle de cette époque, il était impossible d’échapper au service militaire puisque l’on était toujours en pleine guerre froide. Je fis donc mon armée en Allemagne afin d’être en première ligne au cas où les soviets viendraient à vouloir nous envahir… C’est alors qu’un jour, j’ai décidé d’aller dans une boite de nuit faite pour les bidasses.

Cela a été bizarre car je ne parlais pas allemand et que surtout il y avait 10 bidasses au crânes rasé pour une pauvre allemande qui osait se pointer sur les lieux. Cependant, pour moi qui ne fumais pas (je n’ai jamais fumé, malgré toutes les insistances du milieu environnant), aller dans un milieu hyper étouffant n’était pas une rigolade car mon passé d’ancien asthmatique était toujours présent !

Dit autrement, si je n’avais pas eu le privilège d’être un asthmatique, j’aurais clopé comme tout le monde ! Donc, tout handicap physique ou de santé n’est pas forcément une mauvaise chose… Bref, ayant quand même suivi l’impulsion de ma petite voix, c’est sur le chemin de retour que je vis, tagué sur le tablier d’un pont,  “Transcendantal Meditation”.

La 1ère fois, je n’ai pas vraiment flashé mais de retour à la caserne, je me suis dit qu’il y avait un truc. Je suis donc retourné dans cette boite de nuit (on sortait en groupe) avec la ferme intention de lire plus attentivement ce message, car pour moi c’était évident qu’il fallait que je sache exactement de quoi il en retournait.

C’est ainsi que commença ma période bisounours, car une fois mon service à la Nation terminé, une synchronicité s’est mise en place. En effet, après avoir trouvé un job de vendeur d’aspirateur à domicile, je me suis inscrit à un cours de danse car j’avais vraiment découvert qu’en cette boite de nuit j’avais dansé tout seul et qu’à part les slows, j’étais archi nul !

Il fallait donc corriger la chose sous peine de ne jamais rencontrer de fille. Hé oui, à cette époque, c’était au bal populaire que l’on pouvait majoritairement rencontrer des demoiselles et pas ailleurs. Une certaine chanson “Permettez-moi monsieur que j’emprunte votre fille…” était une réalité incontournable.

Bref, quelques séances de danse plus tard, je m’étais fait un copain. C’était pas difficile car il y avait 1 mec pour 7 à 8 filles… Et un soir, au lieu de discutailler après la séance sur nos impressions réciproques (entre mecs) il m’annonce qu’il n’a pas le temps. Surpris, j’essaie de savoir pourquoi mais il ne voulait pas me le dire.

Donc, en bon vendeur d’aspirateur, j’arrive à lui faire cracher le morceau et il m’annonce qu’il va se faire initier à la Méditation Transcendantale… j’ai pas mis 3 jours pour tilter et je lui propose de me joindre à lui de suite et là, j’ai un nada définitif et sans appel. Cependant, il me refila les coordonnées où je pouvais prendre des infos.

C’est ainsi, que je me suis retrouvé à méditer et ça a duré 30 ans ! Cependant, quelques temps après l’initiation, mes hormones étaient peu en accord avec la philosophie les filles d’un côté et les garçons de l’autre. J’ai donc en parallèle fréquenté d’autres enseignements, sectes et mouvements, dont la fameuse école de Maitre Omraan Aivanhov.

En cela, vous mettez en parallèle aussi ma version bouddhiste-shintoïste puisque je me suis marié avec une Japonaise et vous avez le parfait cocktail de celui qui a touché à tout, tout en même temps mais sans l’internet… J’étais passionné par les OVNI, les phénomènes paranormaux, l’au-delà, l’intra-terre tout en étant fervent de Science&Vie que j’ai lu pendant 35 ans.

Oui, entretemps, j’étais retourné aussi sur les bancs de classes faire de la physique, de l’électronique, de l’informatique puis du management, pour finalement aussi passer du statut d’ouvrier à celui de  patron, puis de consultant en organisation et expert en environnement. J’ai donc bien balayé la gamme du comment devenir un bisounours aguerri.

J’ai touché à quasiment tous les domaines incontournables, sauf aux écrits et enseignements où le nombre de moutons était beaucoup trop grand. J’étais plutôt attiré par le nouveau, le dérangeant, et pas du tout par l’occulte et le mysticisme. Je n’ai jamais couru après le pouvoir (ou acquérir des pouvoirs) car ma curiosité était associée à l’écoute de ma petite voix.

Ma période bisounours commença à prendre fin quand une ouvreuse de chemin appelée Jasmuheen (Vivre de Lumière) commençait à se faire connaitre. Je devins donc un respirien où pendant 5 mois et demi je n’ai ni mangé ni bu. Je connais donc la musique pour l’avoir vécue et je connais aussi tous les pièges et les mensonges liés à cet attrait.

J’étais aussi super pote avec Jasmuheen car mon anglais étant à l’époque super fluide, non seulement je jouais à l’interprète quand elle n’avait personne sous la main mais aussi ce fut surtout pendant un séminaire à  Hawai où elle avait demandé à un super ponte international (ayant publié une bonne dizaine de bouquins) de venir divulguer sa science.

Celui-ci nous bassina avec sa spécialité sur l’auto-sabotage. C’était fort instructif, jusqu’au moment où j’ai démontré à l’ensemble du groupe international (on était dans les 50-60 personnes) qu’il était lui-même en plein auto-sabotage. Dit autrement les hautes fréquences de bisounours descendirent en moins d’une minute  de plusieurs octaves au point que chacun était prêt à me zigouiller sur place illico presto.

Devant ce silence de la mort qui tue, Jasmuheen eut l’intelligence de demander à tous de regarder en eux ce qui avait provoqué cette colère sourde, associée à la baisse de fréquence  et la volonté de vouloir zigouiller l’autre manu-militari. J’avais simplement mis en évidence un des chevaux de  Troie qui nous habite tous.

Après, l’expert (descendu de son piédestal) ainsi que les stagiaires me regardèrent avec beaucoup de méfiance. Ma relation avec Jasmuheen prit donc une autre tournure, surtout lors des nouvelles fois où je l’ai rencontrée en France. Là, en face de tous les auditeurs venus à sa conférence, elle annonçait clairement devant tous que j’étais un maître…

Sur le moment, je n’ai pas réagi car je somnolais grave et en équilibre sur les jambes arrière du siège appuyé le dos contre le mur du fond. En effet, ma femme d’alors avait insisté pour venir à cette conférence pour voir cette femme qui me faisait briller les yeux. Mais moi, je connaissais absolument tout ce que Jasmuheen racontait, alors je m’emmerdais grave, d’où ma position de dormeur qui attend que ça se passe.

Cependant, surpris par le bruit des chaises des gens qui se retournaient pour me voir au fond la salle, la chaise a glissé et je me suis ramassé. Je me suis donc relevé avec la honte mais sans savoir pourquoi ils me regardaient tous comme ça. Il y a de grands moments épiques dans la vie et cela en est un pour moi.

Ce fut seulement après enquête que je compris pourquoi ils s’étaient tous retournés : ils voulaient voir un maître et ils ont vu un papi mougeot avachi sur une chaine branlante qui se casse la gueule et qui, en plus, ne comprenait pas le because du pourquoi… J’en suis donc venu à aller voir Jasmuheen pour savoir si c’était une blague de prof pour réveiller l’élève endormi.

C’est alors qu’elle me regarda droit dans les yeux et me dit :”Jusqu’à quand vas-tu courir après la connaissance, après les maîtres alors que tu les dépasses tous ? Qu’est-ce que tu fous là à ma conférence ? Arrête de te mentir à toi-même et passe à autre chose !”.

Il faut dire que nous étions en telle osmose fraternelle que la baffe fut un doux souffle sur ma joue. Je l’ai regardé avec un regard de très grande fraternité et puis ensuite, une fois rentré à la maison, j’ai le cycliste en chef qui a commencé à mouliner.

C’est alors qu’en revoyant tous les stages auxquels j’avais participé dans les précédentes années, j’ai constaté que bien souvent, les enseignants-acteurs de ces stages n’étaient pas à la hauteur des messages publicitaires qu’ils vendaient. J’arrivais toujours à cerner où le bat blessait chez eux mais sans pour cela me remettre en question.

C’est alors que j’ai compris le message de Jasmuheen qui est le suivant : autant il est normal de suivre ceux qui enseignent, il arrivera forcément un jour où tu arriveras à être toi-même un enseignant. (et j’y rajoute) cependant veille à ne pas baisser la garde sous peine que ton orgueil prenne la main et fasse de toi un faux-prophète, un guru, un « quelqu’un » qui sait et qui se place au-dessus des autres.

Oui, mon ami, mon frère, j’ai été un bisounours pendant 25 ans et c’est grâce à une claque que j’ai compris que j’étais sous hypnose, que j’étais à la recherche d’une illusion, au point d’oublier ce qui était à l’origine mon leitmotiv, ma raison d’avancer.

L’objectif n’est pas devenir un mouton jaune, voire rose, mais d’aller au-delà du statut de mouton. C’est d’aller dans la zone où l’êtreté EST et non pas dans l’espérance d’une êtreté. Ainsi par mes piques continuelles envers les bisounours, je ne fais que baffer régulièrement l’élève qui ne désire que s’abandonner à la douce musique ambiante d’un enseignant qui veut se la péter.

Alors oui, je suis un prof qui refile des coups de règles et qui baffe. Je sais que ça énerve les anciens car ils savent que c’est nécessaire, mais l’aspiration à descendre sa garde est si forte. Oui, les sombres comptent sur ton énervement pour te faire sombrer en te faisant aller voir ailleurs.

Hé oui, il est plus facile d’aller voir ailleurs où, comme débutant, tu n’y verras que du feu ou comme maître qui s’ignore aller dans une classe cool où le prof dans sa petite tenue de lapin rose t’abreuvera des dernières campagnes de pub savamment et discrètement diffusées par les sombres.

La voie de la facilité amène à la fainéantise, au renoncement pour finalement finir en moutonnerie. Alors je répète, l’Ascension n’est pas se laisser aller dans le sens de la glissade au nom de l’illusion que l’amour est aisance et facilité. Non, l’Ascension indique une montée et non une descente. Elle implique donc un effort et c’est celui de rester suffisamment lucide afin justement de ne pas glisser.

Alors, oui, je vais continuer à secouer la partie bisounours en toi car elle ne fait que correspondre à la partie moutonnesque qui est entretenue justement par la matrice alimentant le cube de l’Humanité. Tu te crois libre car tu peines à voir les barreaux invisibles de la matrice, mais ils sont là via les réseaux “énergétiques-éthériques” qui comme des fils relient la marionnette au marionnettiste.

Un mouton est une marionnette commandée et supervisée par un marionnettiste planqué. Un maître, c’est celui qui a su redonner la place du marionnettiste à son Soi Supérieur ou petite voix. Dans tous les cas, mon ami, mon frère, tu seras toujours une marionnette en ce corps incarné, cette prison de chair, mais avec une différence fondamentale : en tant que maître, c’est toi qui joues avec toi et non plus toi qui joues pour un autre !

Les temps sont courts, très courts puisque l’Appel de Marie va bientôt retentir. Voilà pourquoi mon ton, sur ce nouveau blog, va être plus incisif envers la caste la plus dangereuse qui soit pour l’humanité : les moutons roses. Hé oui, ils seront 10 fois plus prisonniers de leurs illusions que le mouton blanc qui, lui, n’a aucune vision de ce qu’est le nirvana New-Age, fluo et éthéré.

Celui qui a le plus de valises à lâcher est le bisounours, surtout si en plus ça fait longtemps que ça dure. C’est pour cela que je n’hésite pas à vous faire bénéficier de mon expérience personnelle sur le sujet. Car, au fur et à mesure que vous lâcherez ces visions illusoires, je pourrai alors vous en dire plus sans craindre une levée de boucliers qui, forcément, ira impacter le cube de l’Humanité par ricochet…

Comprenez donc que divulguer l’information vraie demande obligatoirement une évolution de conscience, un changement de point de vue sous peine de créer des tsunamis justement peu bénéfiques à l’évolution. Les chevaux de Troie sont en nous et les débusquer est aussi difficile que vouloir déminer un champ de mines où chaque mine peut véritablement vous couter la vie.

Laurent DUREAU

38 commentaires sur 10 – L’Étape Clé et Incontournable du Marcheur

  1. Merci Laurent… moi aussi je suis + ou – passé par là mais sans doute beaucoup,beaucoup moins intensément. Ton message me parle bien.

    A demain la suite Claude

  2. Wow WHAT A SHOW!!!
    J’adore le ton et la tournure que tes articles prennent!
    Encore, encore, encore ! et si tu nous dit que ty vas être plus incisif, viiiiiiiite je suis trop impatientente ✨

    • « L’objectif n’est pas devenir un mouton jaune, voire rose, mais d’aller au-delà du statut de mouton. C’est d’aller dans la zone où l’êtreté EST et non pas dans l’espérance punish d’une êtreté. » laugh

  3. Bonjour Laurent,

    Merci pour ce début de mise au point
    fondamental c’est à dire qui vient nous chercher dans nos fondements bâtis
    Sur l’illusion et non sur le roc.
    Bien à Toi,
    En Unité,
    Sébastien.

  4. Bonjour tout le monde
    Salut grand manitou
    Un grand merci pour cette Description, et comme tu dis
    (… ils seront 10 fois plus prisonniers de leurs illusions que le mouton blanc qui, lui, n’a aucune vision de ce qu’est le nirvana New-Age, fluo et éthéré.
    Celui qui a le plus de valises à lâcher est le bisounours, surtout si en plus ça fait longtemps que ça dure…).
    en effet,j’ai assisté à des confrontations entre bisounours soit dans des bars soit en soirée c’est à la limite de la castagne.
    Je rajoute aussi que être bisounours a été et y est toujours une technique de drague
    Aller merci encore et bonne route tout le monde

  5. Bonjour Brigitte
    Une petite requête si c’est possible. C’est de mettre la notification de réponse sur ce site et si c’est faisable
    Car dès qu’on ferme la fenêtre on n’est plus dans le bain et on ne sait plus qui a répondu à qui
    Merci et A+

  6. Bonjour et merci Laurent pour votre partage de parcours personnel car cela aide ma « petite voix » qui me dit si les informations partagées sont utiles ou bien devraient être écartées…Je découvre votre blog depuis quelques jours et m’y sens en territoire familier, particulièrement en phase avec vos explications d’aujourd’hui…

  7. *_*
    Je frissonne à la lecture de cet article !
    C’est effrayant et en même temps que c’est doux à mon coeur et à mon Être que Je suis !
    Une Lumière dans l’Ombre ! enfin …en fin !
    Que du bon, je guide mes pas aux sons de cette Voix !
    Un Bisou_n’ours ! :*

  8. Merci Laurente pour compléter …..Selon Carl Gustav Jung, il existe 4 archétypes, quatre étapes que nous traversons pendant notre vie et ces étapes sont :

    1. L’étape de l’athlète (le sauvage)
    À cette étape, nous nous préoccupons surtout de notre apparence, de ce à quoi ressemble notre corps. Durant cette étape, nous pourrions rester des heures à regarder et admirer notre reflet dans le miroir. Notre corps, notre apparence sont les choses les plus importantes à nos yeux, rien d’autre ne compte.

    2. L’étape du guerrier (l’aventurier)
    Pendant cette période, notre principale souci est de partir à la conquête du monde, de faire de notre mieux, d’être le meilleur et de parvenir à l’excellence, de faire ce que font les guerriers et d’agir comme agissent les guerriers. C’est une étape pendant laquelle nous pensons continuellement aux moyens d’avoir plus que tout le monde, une étape de comparaison, de vaincre ceux autour de nous afin de nous sentir meilleurs parce que nous avons réalisé davantage, parce que nous sommes des guerriers, des braves.

    3. L’étape de la communication (l’enseignant)
    À cette époque, à ce stade de votre vie, vous réalisez que ce qui a été fait jusqu’ici ne suffit pas à vous contenter, à vous rendre heureux… vous cherchez maintenant les moyens de faire une différence dans le monde, les moyens de servir ceux qui vous entourent. Votre préoccupation est de commencer à donner. Vous réalisez maintenant que dorénavant votre poursuite de l’argent, du pouvoir, des possessions, etc. continueront d’apparaitre dans votre vie, mais vous ne leur attribuez plus la même valeur qu’auparavant, vous n’êtes plus attaché à ces choses, parce que vous êtes maintenant dans une étape différente de votre vie, où vous savez qu’il existe autre chose. Vous les recevez, vous les acceptez et vous en êtes reconnaissant, mais vous êtes prêt à vous en détacher n’importe quand. Vous cherchez des moyens pour arrêter de penser à vous, à la manière de recevoir et à commencer à vous concentrer sur une vie de service. Tout ce qui vous importe à ce stade est le don. Vous savez maintenant que donner c’est recevoir et que c’est le moment de stopper l’égoïsme et de penser aux façons d’aider ceux dans le besoin, de quitter ce monde en étant meilleur que lorsque vous y êtes entré.

    4. L’étape spirituelle (le sage)
    Selon Jung, ce sera la dernière étape de votre vie, une étape où nous réalisons qu’aucune de ces trois étapes ne représente réellement qui nous sommes et ce que nous sommes. Nous comprenons que nous sommes plus que notre corps, plus que nos possessions, plus que nos amis, notre pays et ainsi de suite. Nous en venons à réaliser que nous sommes des êtres divins, des êtres spirituels ayant une expérience humaine et non pas des humains ayant une expérience spirituelle.
    Nous savons maintenant que ce n’est pas notre foyer et que nous ne sommes pas ce que nous pensons être. Nous sommes dans ce monde mais pas de ce monde. Nous pouvons désormais nous observer à partir d’une autre perspective. Nous pouvons renoncer à notre propre esprit, à notre corps et saisir qui nous sommes vraiment, voir les choses telles qu’elles sont. Nous devenons l’observateur de notre vie. Nous réalisons que nous ne sommes pas celui que nous remarquons mais l’observateur de ce que nous remarquons.

    Il y a 2500 ans, Lao Tseu tentait de nous enseigner la manière de comprendre cette dernière étape de vie, cette étape spirituelle : « Pouvez-vous faire machine arrière en pensée et ainsi saisir toutes choses ? Donner la vie et la nourrir, avoir sans posséder, agir sans attentes, diriger sans essayer de contrôler : voici la vertu suprême ».

    • Et bien comme on dis tu trouve sur ton chemin un maitre . C est toi Eluiw qui m a amener vers le site de 345 D en 2012 tu etais parmis mes amis facelook et tu as disparu et bien contente de te revoir et de pouvoir te dire Merci pour l aide apportée !!!

  9. Merci bcp Laurent ,et gratitude au SansNom qui par l’intermidiaire de son parfaite loi de résonance on a pu syntoniser et vibrer avec ton énergie nécessitant sûrement tout ce dont vous avez parlé et expérimenté afin de lâcher prise de façon permanente et lucide sinon la descente est inopiné malgré la grâce de l’éveil

  10. Merci pour cette franchise, denrée rare en ce monde … peu importe que tu sois incisif, il faut ce qu’il faut, j’accepte avec joie les remises en question qui nous permettent de voir plus clair…. Un rayon de lumière dans toutes ces ténèbres de mensonges, Laurent, tu es un phare yes

    Belle journée à vous tous kiss

  11. Merci Laurent. Ton parcourt me fait comprendre la raison pourquoi je te comprend si bien, et te suis depuis si longtemps.
    Je me retrouve dans toute cette histoire de «bisinour»
    Que la vie est pleine de générosité PAIX HARMONIE AMOUR rofl

  12. Merci pour ce témoignage maître en moutons et bizounours 😉 ! Quel bouclier y a-t-il à craindre de lever Laurent quand l’observateur ne fait que témoigner des illusions qui l’amusent le plus?

  13. Article primordial pour faire le point avec précision. Tant pis pour l’incisif ! Au moins c’est clair. Merci Délireur en Chef, pas si Délireur que ça… yes

  14. Un très bon article, relatant des expériences personnelles et non des idées prises de ci delà au gré des lectures et engagements spirituels!
    Ca percute là où il faut car trop de personnes (les bisounours notamment) se prennent la grosse tête lors de stages et sont loin de ressentir la petite voix qui parle vrai, qui fait qu’on se sent en harmonie avec soi-même. Il faut savoir arrêter de cogiter et bavarder pour ne rien dire. Savoir écouter l’autre , son double, savoir observer et apprécier et se laisser aller devant les épreuves. Merci Laurent, je passe toujours un bon moment à te lire et lire les commentaires.

  15. Bonsoir laurent. Ça me fait plaisir de te lire et c’est « étrange » comme ton évolution de conscience ressemble à la mienne (toute prétention mise à part car je ne suis pas maître). Des années que je te lis et je pense bien continuer…. merci. Anne smile

  16. Merci Laurent pour ce message plus personnel. J’ai bien rigolé en m’imaginant la scène où tu étais endormi et que devant tout le monde le maître annoncé se retrouve le cul par terre.

    J’ai une question, je ne sais si j’obtiendrai ta réponse : pourrais-tu nous dire pourquoi tu a cessé d’être respirien ?

    Je me suis déjà demandé plusieurs fois comment tu t’alimentes. Est-ce possible d’avoir ton témoignage sur ton parcours à ce niveau ?

    • Hé oui, j’ai cessé d’être respirien pour plusieurs raisons qui sont forcément liées entre elles :
      1) Rejeté par tous, y compris ma femme, j’étais devenu la preuve vivante que personne ne pouvait accepter en son for intérieur l’équation que je résume ainsi : nourriture et boissons = mort

      2) Etant classé comme un « yogi », j’étais forcément exclu de toute « normalité » car à l’époque nous étions au tout début de l’idée que l’on ne pouvait vivre que de prana. Ceci entraina automatiquement une exclusion totale de toute activité humaine. J’étais devenu un anormal donc tout ce que je pouvais dire était inapplicable à l’humain lambda.

      3) J’en avais marre de vivre dans une autre dimension (celui de la santé parfaite, celui de l’accès à des mondes subtils dont on ne peut pas parler, celui où tu ne dors plus quasiment et celui où tout as un surmental phénoménal).

      J’en suis donc arrivé à la croisée ds chemins où j’avais un choix à faire :
      a) Délaisser cette enveloppe de chair et aller voguer librement dans les éthers. C’est facile à faire à ce niveau de fréquence car il te suffit juste de le décider et hop tu t’en vas…
      b) Rester sur Terre pour aider mon prochain. Mais pour ce faire, il a fallu que j’opte pour la reprise de l’alimentation matérielle et donc de reprendre le cycle de la vieillesse et de la mort.

      Tu peux donc en conclure que j’ai choisi cette solution. J’ai donc recommencé à vieillir ce qui m’a amené à être de nouveau reconsidéré comme un humain et donc à être écouté de nouveau.
      Cependant, il a aussi fallu que je quitte tous ceux qui m’avaient connu avant. Ma destinée s’en chargea puisque quelques années plus tard ma femme mourut subitement, je fis faillite et me retrouva SDF pendant plusieurs années.

      En gros, une page fut tournée définitivement et une autre s’ouvrit par l’ouverture de mon premier blog. C’est ainsi que moi qui n’aimait pas écrire du tout car fâché avec le Français depuis ma tendre enfance (d’où mon style littéraire pas franchement courant et plutôt populaire) m’amena à pondre au kilomètre…

      Ainsi je comprends que lorsque l’on est des malades, on désire ardemment la santé parfaite mais une fois que tu l’as tu découvres que plus personne veut même te parler. Je sais, c’est con mais il en va ainsi de la nature humaine ! dash

  17. Hum,
    parler ainsi du mouvement bisounoursage est désopilant ! C’est du tourisme spirituel en fait smile
    Ah, le service militaire en Allemagne : Kehl, forêt noire, Fribourg !
    Il existe un raccourci qui résumerait tout ceci-sus-dit :
    Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. (aussi important)!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.